Thai-chi et maladie de Parkinson – comment l’art martial en modifient l’évolution

Tai-Chi Parkinson_ Mann und Frau machen Tai-Chi bei Sonnenuntergang am Meer

La force réside dans le calme : dans le tai-chi, des séries de mouvements de renforcement et de stabilisation sont exécutées au ralenti. Contrairement à d’autres arts martiaux, on n’affronte pas un adversaire réel, mais on imite le combat, ce qui explique pourquoi le tai-chi est également connu sous le nom d’art martial interne ou de boxe de l’ombre.

Les pratiquants s’entraînent selon une séquence prédéfinie et se concentrent sur la tension du corps, la respiration abdominale profonde ainsi que sur l’attention et la méditation. Mais cet art martial ne favorise pas seulement la détente, le tai-chi atténuerait également les symptômes de la maladie de Parkinson et ralentirait l’évolution de la maladie. C’est ce que montre une étude d’observation d’un groupe de travail de Shanghai. Les résultats ont été publiés récemment dans le Journal of Neurology Neurosurgery & Psychiatry.

La structure de l’étude

Dans le cadre de l’étude, les scientifiques ont suivi deux groupes de personnes atteintes de la maladie de Parkinson pendant plus de cinq ans, de janvier 2016 à juin 2021. Alors que le premier groupe, composé de 147 participants, pratiquait le tai-chi deux fois par semaine, à raison d’une heure par séance, le second groupe, composé de 187 personnes atteintes, ne recevait que le traitement standard.

Au début de l’étude, la gravité de la maladie a été évaluée chez tous les participants. La progression et l’augmentation des besoins en médicaments ont été évaluées par les chercheurs en novembre 2019, en octobre 2020 et en juin 2021.

En outre, les scientifiques ont examiné, à l’aide d’échelles validées, des facteurs tels que l’humeur, la qualité du sommeil, les troubles cognitifs, les hallucinations et les complications pouvant survenir au cours de l’évolution de la maladie de Parkinson.

Qu'est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est l’une des maladies neurodégénératives les plus fréquentes. Selon Parkinson Suisse, environ 15 000 personnes vivent avec la maladie dans notre pays, les hommes étant un peu plus souvent touchés que les femmes.

Dans la maladie de Parkinson, les cellules nerveuses du cerveau meurent. Cela entraîne un manque de dopamine, un neurotransmetteur important qui permet aux cellules nerveuses de communiquer entre elles. Le manque de dopamine entraîne une surabondance d’autres neurotransmetteurs dans le cerveau. Il en résulte des troubles de la mobilité, tels que des tremblements ou un ralentissement des mouvements.

Comme d’autres parties du cerveau sont également touchées, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ne souffrent pas seulement de symptômes moteurs, l’ensemble du système nerveux peut être affecté. Selon le degré de la maladie, des problèmes de mémoire, des sautes d’humeur, des hallucinations, des douleurs ou des troubles de la tension artérielle peuvent apparaître.

La maladie de Parkinson ne peut pas être guérie, mais les symptômes peuvent être atténués par des médicaments. La durée d’action diminue toutefois avec la progression de la maladie.

Comment le tai-chi aide à lutter contre la maladie de Parkinson

L’évaluation de l’étude a montré que dans le groupe tai-chi, la progression de la maladie de Parkinson était plus lente. Les patients du groupe témoin ont dû augmenter leur médication plus souvent que ceux du groupe de tai-chi : ainsi, 83,5 pour cent du groupe expérimental ont adapté leur prise de médicaments en 2019 et 96 pour cent en 2020. Chez les pratiquants de tai-chi, ces chiffres étaient respectivement de 71 % et 87,5 %.

Les chercheurs ont également observé que les capacités cognitives du groupe tai-chi se détérioraient plus lentement, mais que le sommeil et la qualité de vie s’amélioraient continuellement. Les pratiquants de tai-chi présentaient également moins de complications typiques de la maladie de Parkinson.

Selon le Dr Shengdi Chen, co-auteur de l’étude, les médecins devraient informer les personnes atteintes de la maladie de Parkinson de l’importance de l’exercice physique. “L’activité physique pourrait retarder la nécessité d’un traitement avancé de la maladie de Parkinson”, a déclaré Chen.

Les auteurs de l’étude soulignent toutefois que leur recherche n’est qu’une étude d’observation qui ne clarifie pas les causes et les effets. De plus, ils indiquent qu’ils ont étudié des personnes atteintes de la maladie à un stade précoce, c’est-à-dire des patients chez qui les restrictions de mouvement ne sont pas encore très prononcées. De plus, le nombre de participants à l’étude était relativement faible.

Nous testons actuellement la traduction automatique. Cet article a été traduit automatiquement de l’allemand vers le français.

Facebook
Email
Twitter
LinkedIn